Fish not Oil: Oilwatch Africa General Assembly 2016 Resolutions

Fish not Oil 

Uganda Declaration of Oilwatch Africa on impacts of fossil fuels over land and Food Sovereignty in Africa

Oilwatch Africa network Members and the Albertine Oil rift community representatives met in Entebbe, Uganda, between 4-6th of September, 2016 and considered the negative impacts of fossil fuels on climate, land, food sovereignty, water, sea and well-being in Africa.

The Participants at the conference shared experiences on impacts of oil, gas, coal extraction and other forms of mining on their countries and communities. The conference examined the environmental and social impacts of oil, gas, coal and other forms of mining. The impacts on food production, water pollution and deforestation were discussed as well as the growing trend of land grabbing on the continent.

 

Oilwatch Africa frowned at the trend where corporate interests aimed at profit are elevated above the interest of our peoples and environment on that altar of dubious investment and uninterrogated development

The conference noted that dependence on fossil fuels brings more corruption, engenders conflicts and distorts the value base of our communities. Oilwatch Africa members regretted that the governments of African countries are silent before the suffering of the communities affected by oil extraction and mining.

 

The conference noted the serious impact on agriculture by the pollution of our lands, contamination of fresh waters and the destruction of fisheries as inimical to our economy and overall wellbeing.

 

The participants frowned at that the increasing restrictions of Civil Societies and activists to access information and to carry out legitimate activities in communities where fossil fuels and other minerals are being exploited.

 

The meeting also noted that this Africa is still trapped in neo-colonial state that condemns that continent to remain merely as a source of raw materials with cash-strapped colonial and neo-colonial governments on the treadmill of cash cropping and mineral extraction for export.

 

Oilwatch Africa noted that “leaving the fossils in the soil” and use of “Renewable Energy” is possible and is the inescapable path to protecting our nations, tackling global warming and securing a future for our children.

 

With a resolve that urgent actions must be taken to save the African continent from being wholly degraded, grabbed and destroyed, Oilwatch Africa declares and demands as follows:

 

  1. Global distortions brought about by excessive consumption of fossil fuels and the externalisation of costs to parts of the world that consume less energy and fossil fuels lock in unacceptable injustices and must be urgently and openly addressed.
  2. Africa is one of the most exposed regions of the world to climate change impacts, with average temperature rise of at least 50% above global averages. Global action to tackle this cannot be based on voluntary nationally determined contributions (NDCs) being pursued at the Conference of Parties (COP) of the United Nations Framework Convention on Climate Change (UNFCCC).
  3.  African governments must reject false solutions to global warming including those pushed through REDD, geoengineering and other strategies that are threatening to elevate the currently intolerable levels of land grabbing to that of a whole continent grab.
  4. Floods, droughts and expanding desertification on the continent are all fed by the world’s continual addiction to fossil fuels.
  5. Obnoxious activities such as pollution and gas flaring which alarmingly continue in the oil fields of Nigeria, Angola, Algeria and elsewhere must be stopped and energy needs be met with abundant renewable alternatives. In particular, Oilwatch Africa encourages the government in Nigeria to continue the clean-up process of Ogoni land and the entire Niger Delta.
  6. Oilwatch Africa declares that with uncontaminated lands and adequate support for local agricultural production Africa can feed Africans and levels of nutrition can be maintained without resort to commercially and politically driven genetic engineering of our staple crops for so-called enhanced vitamin levels. We insist that nutrition cannot be manufactured in laboratories and that our food systems must not be colonised.
  7. We demand access to land and security of land tenure for women
  8. Oilwatch Africa calls for stoppage of fossil exploration and other expansion activities on the continent, demands an audit of already accumulated impacts and full restitution for harm suffered.
  9. Oilwatch Africa resolved to support the fight for justice by communities impacted by mining and other extractive activities in Uganda and elsewhere in Africa.
  10. In line with the United Nation’s declaration of 2016 as the Year of the Family Farming, Oilwatch Africa affirms that family farmers feed the world even when they go hungry. This unjust situation must be addressed with governments providing necessary supports to our farmers, pastoralists and fisher folks.

 

Oilwatch members and communities at the conference declared that Africans must stand together in the global struggle for food sovereignty, stand with the movements that say Yes to Life and No to destructive Mining and pledge to remain active in the movement for gender balance, climate and food justice all aimed at building a well-being economy inspired by the African spirit of solidarity economy and Ubuntu.

 

Finally, Oilwatch Africa called to memory the many martyrs of environmental justice struggles in Africa and around the world. Calling to mind that this year marks the 21th anniversary of the execution of Ken Saro-Wiwa, Ogoni leader and activist and Africa’s foremost environmental justice campaigner, Oilwatch Africa resolved that their struggles will not be in vain and calls for immediate release of the bus (made in the memory of Ken Saro-Wiwa and eight other Ogoni martyrs) which has been detained by Nigerian customs for a year now.

 

Signed by 

Community and civil society members present and Oilwatch Africa representatives from Benin Republic, Cameroon, Chad, Cote D’Ivoire, Ghana, Kenya, Mozambique, Nigeria, South Africa, Tanzania, Togo and Uganda. 

 

 

Entebbe-Uganda, 06 September 2016

 

 

 ---------------

 French version:

OILWATCH AFRICA

Du Poisson et non du Pétrole

 

Déclaration de l'Ouganda d'Oilwatch Afrique sur les impacts des combustibles fossiles sur la terre et la souveraineté alimentaire en Afrique 

 

Les membres du réseau Oilwatch Afrique et les représentants de la communauté d’Albertine affectée par le pétrole se sont réunis à Entebbe, Ouganda, du 4 au 6 septembre 2016 et ont considéré les impacts négatifs des combustibles fossiles sur le climat, la terre, la souveraineté alimentaire, l'eau, la mer et le bien-être en Afrique.

 

Les participants à la conférence ont partagé des expériences sur des impacts de pétrole, de gaz, d'extraction de la houille et d'autres formes de minerais sur leurs pays et leurs communautés. La conférence a examiné les impacts environnementaux et sociaux du pétrole, de gaz, de la houille et d'autres formes de minerais. Les impacts sur la production agricole, la pollution de l'eau et le déboisement ont été discutés aussi bien que la tendance croissante des accaparements de terre sur le continent.

 

Oilwatch Afrique rechigné à la tendance où le bénéfice visé par les intérêts des entreprises est élevé au-dessus de l'intérêt de nos peuples et de l’environnement sur l’autel de l'investissement douteux et le développement non interrogé.

 

La conférence a noté que la dépendance à l’égard les combustibles fossiles apporte plus de corruption, engendre des conflits et tord la base de valeur de nos communautés. Les membres d'Oilwatch Afrique ont regretté que les gouvernements des pays africains soient silencieux devant la douleur des communautés affectées par l'extraction et l'exploitation du pétrole.

 

La conférence a noté l'impact sérieux sur l'agriculture par la pollution de nos terres, la contamination des eaux douces et la destruction de la pêche comme hostile à notre économie et notre bien-être global.

 

Les participants se sont rechignés du fait des restrictions croissantes de la société civile et des activistes à accéder à l'information et pour effectuer des activités légitimes dans les communautés où des combustibles fossiles et d'autres minerais sont exploités.

 

La réunion a également noté que l’Afrique est toujours emprisonnée dans le néo-colonialisme qui condamne ce continent à demeurer simplement comme source des matières premières avec des gouvernements coloniaux et néocoloniaux à court d'argent sur ​​le manège des cultures de rente et de l'extraction minière pour l'exportation.

Oilwatch Afrique a noté que "laisser le pétrole dans le sol" et l'utilisation "de l'énergie renouvelable" sont possible et c’est le chemin indéniable à protéger nos nations sous l’effet du réchauffement global et assurer un futur pour nos enfants.

 

Avec une résolution que des mesures pressantes doivent être prises pour sauver le continent africain d'être complètement dégradé, accaparé et détruit, Oilwatch Afrique déclare et exige ce qui suit :

 

  1. Les déformations globales provoquées par la consommation excessive des combustibles fossiles et l'externalisation des coûts aux régions du monde qui consomment moins d'énergie et de combustibles fossiles fermées dans des injustices inacceptables et doivent être urgemment et ouvertement adressé.
  2.  L'Afrique est l'une des régions les plus exposées du monde aux impacts de changement de climat, avec l'élévation moyenne de la température au moins de 50% au-dessus des moyennes globales. L'action globale pour aborder ceci ne peut pas être basée sur les contributions déterminées nationalement et volontairement (NDCs) étant poursuivies à la conférence des parties (COP) de la convention-cadre des Nations Unies sur le changement climatique (UNFCCC).

 

  1. Les gouvernements africains doivent rejeter les solutions fausses au réchauffement global comprenant celles poussées à travers REDD+, géo-engineering et autre qui menacent d'élever les niveaux actuellement intolérables des accaparements de terre à celui du continent entier.
  2. Les inondations, les sécheresses et l'extension de la désertification sur le continent sont toutes alimentées par le penchant continuel du monde aux combustibles fossiles.
  3. Des activités désagréables telles que pollution et flamme de gaz qui continuent de façon alarmante dans les gisements de pétrole du Nigéria, Angola, Algérie et ailleurs doivent être arrêtées et les besoins énergétiques soient satisfaits par les alternatives renouvelables abondantes. En particulier, Oilwatch Afrique encourage le gouvernement au Nigéria à continuer le processus de nettoyage de la terre d'Ogoni et le delta du Niger.
  4. Oilwatch Afrique déclare qu'avec les terres non contaminées et avec un soutien adéquat à la production agricole locale, l'Afrique peut nourrir des Africains et les niveaux de nutrition peuvent être maintenus sans recours au génie génétique conduit commercialement et politiquement au profit de nos cultures de base pour les soi-disant niveaux de vitamine améliorés. Nous insistons sur le fait que la nutrition ne peut être fabriquée dans les laboratoires et que nos systèmes alimentaires ne doivent pas être colonisés.  
  5. Nous exigeons l'accès à la terre et à la sécurité de la propriété foncière pour les femmes
  6. Oilwatch Afrique appel à l'arrêt de l'exploration des fossiles et d'autres activités d'extension sur le continent, exige un audit des impacts déjà accumulés et de la pleine restitution du mal déjà souffert.
  7. Oilwatch Afrique est résolu de soutenir le combat pour la justice par les communautés effectuées par les mines et d'autres activités extractives en Ouganda et ailleurs en Afrique.

 

  1. En conformité avec la déclaration des Nations Unies de 2016 en tant qu'année de l’agriculture familiale, Oilwatch Afrique affirme que les agriculteurs familiaux nourrissent le monde en étant même affamés. Cette situation injuste doit être adressée avec des gouvernements fournissant les appuis nécessaires à nos paysans, pasteurs et pêcheurs.

 

Les membres d'Oilwatch et les communautés  à la conférence ont déclaré que les Africains doivent se tenir ensemble dans la lutte globale pour la souveraineté alimentaire, être aux côtés des mouvements qui disent Oui à la vie et non à l'exploitation  minière destructive et s’engage pour rester actifs dans le mouvement pour l'équité de genre, le climat et la justice tous concourant à établir une économie de bien-être inspirée par l'esprit africain de l'économie solidaire et Ubuntu.

 

En conclusion, Oilwatch Afrique appel à la mémoire des nombreux martyres des luttes en faveur à la justice environnementale en Afrique et dans le monde. Rappelant ¶que cette année marque le 21ème anniversaire de l'exécution de Ken Saro-Wiwa, leader d'Ogoni, et activiste, un des premiers militants pour la justice environnementale en Afrique, Oilwatch Afrique est résolu que leurs luttes ne seront pas vaine et appels au relâchement immédiat de l'autobus (fabriqué en mémoire de Ken Saro-Wiwa et huit autres martyres d'Ogoni) qui a été détenu par la douane du Nigeria il y a un an de cela.

 

Ont signé    

La Communauté et les membres de la société civile présents et les représentants du réseau Oilwatch Afrique venus de la République du Bénin, du Cameroun, du Tchad, le Cote D'Ivoire, du Ghana, du Kenya, de Mozambique, du Nigéria, d'Afrique du Sud, de la Tanzanie, du Togo et d'Ouganda. 

 

 

L'Entebbe-Ouganda, 06 Septembre 2016 ¶